jeudi 15 mai 2014

Fidji encore et encore

Les journées passent et sont toujours aussi magiques. Malgré que le soleil se couche de bonne heure (18 h) on passe de bons moments avec les gens du backpacker's. Même s’il y a du mouvement, des gens qui partent et d’autres qui arrivent, l’ambiance est très sympa. Nous sommes vraiment ami avec un couple de Français qui reste à peu près autant de temps que nous ici, du coup nous faisons beaucoup d’activités ensemble. 

Notre journée du mercredi fut vraiment une journée glandouillage, au bord de l’eau piscine, mer, beach-volley, kayak en mer, hamac, slackline, et j’en passe...





Mais notre plus grand moment était le repas du soir dans le village voisin avec les villageois. Le chef de famille venait nous voir au fur et à mesure de la journée pour nous tenir au courant de l’avancé du repas. Car il fallait trouver le poisson. Tout ça nous mettait en appétit.

Après cette journée fort productive, il est temps de se préparer pour aller au village, nous sommes comme des fous, on ne sait pas du tout à quoi s’attendre.
Sur la route pour se rendre au village, on retrouve notre chef de famille qui venait à nous et nous ramenait chez lui dans sa maison.
On traverse le village, et nous arrivons enfin dans sa maison. Il ne faut pas s’attendre au confort, attention, non là on arrive dans une maison en dur tout de même, mais pas de porte d’entrée, le sol est recouvert de tapis tresser avec des feuilles de palmier, tout le monte est assis au sol, jambe croisée (c’est la tradition), la pièce est dépourvu de tout, juste une table. 

On s’assoie avec eux en cercle, et nous commençons par boire le traditionnel Kava,le fameux mélange de plantes, mixer avec de l’eau. Mais cette boisson qui n’est pas alcoolisée, mais elle donne un effet stone au fil du temps. Eux qui avaient commencé à 16 h, étaient déjà bien. 
Les enfants un peu apeurés au début de notre présence ont commencé à jouer avec nous. 
On sait vraiment retrouvé dans un moment unique avec une famille traditionnelle, à partager un moment magique.






Après plus d’une heure à partager avec les enfants, et les hommes  de la famille, car les femmes sont quand même en retrait, et préparent à manger, nous passons à table. Mais grande surprise, ils nous installent à la table et eux restent par terre pour manger. Mais nous sommes leurs invités et c’est comme ça.

Avant de manger ils nous montrent des petits piments, vert, a priori inoffensif, eux mangent ça comme ça, alors avec Sidney, on décide d’en goûter un... et là, malheur, lorsque nous l’avons croqué, une explosion de feu dans notre bouge, on décide de le finir par politesse, mais déjà là ils se sont tous mis a éclaté de rire, et nous, nous n’étions pas bien, les yeux commençaient a pleuré, on essaye de l’eau, mais on sait que ça ne fait rien, alors ils nous amènent du sucre, et comme par magie cela enlève la douleur qui réside dans nos bouches.
Aller après ce moment de rigolade, nous attaquons le repas, au menu, du poisson (du Mahimahi) des épinards et des roots. C’était super bon, le meilleur repas que j’ai mangé depuis que je suis ici. Même s’il fallait manger avec les doigts, nous avons tellement savouré ce repas, surtout qu’il y avait la quantité. Nous étions full en sortant de table.
Ils nous ont proposé un thé pour finir le repas, mais il fallait se mettre à l’autre bout de la pièce, car eux continuaient à boire le Kava. Même le thé était excellent, surtout avec leurs sucres cultivés sur leurs terres qui donnaient un goût génialissime. 
Une fois terminé nous avons pu retourné autour d’eux, et partager encore du Kava, accompagné du chef de famille et un de son petit fils qui nous ont joué de la musique locale avec une guitare et un ukulélé. Je pense que c’était l’un des meilleurs moments pour terminer la soirée autour de ces musiques et chants.




Mais voilà après plus de trois heures en leur compagnie, l’effet du Kava sur eux et un peu sur nous se fait ressentir, et la fatigue nous emporte.


Nous rentrons tranquillement dans notre petit coin de paradis, remplis d’émotion, de moment fort et de partage. Nous avons eu de la chance, car peu d’étrangers partagent des moments comme nous, il a eu un très bon filing entre nous et eux, qui a permis tout ça.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire